23 avril 2024

Changez le disque interne de votre Mac pour améliorer ses performances !

Chaque ordinateur, qu’il s’agisse d’un Mac ou d’un PC, possède un disque dur qui stocke le système d’exploitation afin de fonctionner. Il est courant que le disque dur, ou HDD en anglais pour Hard Disk Drive, développe des problèmes de lenteur avant la fin de sa vie utile. Il existe des logiciels permettant de déterminer la part du composant déjà utilisée et d’estimer sa durée de vie. Qu’il s’agisse d’un disque dur mécanique ou d’un SSD, les deux technologies répondent à certaines exigences et s’améliorent avec le temps.

Pourquoi remplacer le disque interne de votre Mac ?

Des temps de chargement plus longs ou des taux de transfert de fichiers en baisse constante peuvent être des symptômes de la détérioration d’un Mac après une utilisation prolongée. Il est vital de mettre à niveau le stockage interne de votre Mac, qu’il soit mécanique ou SSD. Dans ce scénario, l’intégration d’un nouveau disque en même temps que le remplacement de la RAM en DDR3 ou 4, selon votre machine, est conseillée, si cela n’a pas été fait précédemment. Si vous ne l’avez pas déjà fait, vous devriez remplacer la batterie de votre MacBook dans le cadre de ce lot de mises à jour techniques.

Une mise à niveau technologique est meilleure pour l’environnement et votre portefeuille que l’achat d’un nouvel équipement.

Le remplacement de votre disque interne est une autre option simple et rapide pour étendre votre espace de stockage, surtout si vous avez besoin de stocker des fichiers volumineux comme des fichiers audio et vidéo professionnels. Dans ce cas, vous avez deux possibilités : installer un disque secondaire ou choisir d’utiliser un disque neuf comme disque principal. Des adaptateurs sont disponibles pour les MacBook afin de mettre en place ce type d’appareil. En fait, ce type de stratégie permet à l’utilisateur d’installer un système d’exploitation distinct, comme deux versions distinctes de Mac OS, Windows ou même Linux à des fins de développement spécial, ou de disposer d’un espace de stockage plus grand pour utiliser des données en dehors de celui attribué au système d’exploitation.

Après avoir mis à niveau votre disque dur d’origine, pensez à le recycler dans un boîtier adapté en le transformant en disque dur externe ou en dock, avec ou sans vis. C’est une pratique fréquente, surtout pour les professionnels, pour créer des sauvegardes efficaces et fonctionnelles.

Quels résultats faut-il prévoir et quels modèles de disques internes choisir ?

L’utilisateur anticipe une augmentation des performances après le remplacement du disque interne sans avoir à attendre l’apparition d’un message ou d’un menu au moment opportun. Ces progrès dépendent incontestablement de la technologie employée, ainsi que de sa taille et de ses capacités.

Les termes HDD (pour hard drive disc) et SSD (pour solid state drive ou flash memory disc) sont utilisés dans le domaine des supports de stockage.

Le disque dur mécanique, qui offre un stockage clairement orienté, présente l’avantage d’offrir une grande surface permettant d’utiliser de nombreux documents pour un coût très faible. De plus, la technologie est bien maîtrisée pour son âge, ce qui permet aux utilisateurs de prévoir les premiers signes de détérioration avant le remplacement. En raison de son rapport capacité/prix supérieur, le disque dur mécanique est avantageux pour la grande majorité des clients.

Le SSD transfère les fichiers plus rapidement grâce à sa mémoire flash, qui permet des vitesses de lecture et d’écriture d’environ 500 Mo/s, contre 110 Mo/s pour le disque dur. Il est donc évident que les logiciels multitâches devront fonctionner sur la mémoire flash, notamment les logiciels de création comme Photoshop, Logic Pro ou Final Cut. Quel que soit le système d’exploitation chargé, la machine démarre également plus rapidement. En raison de l’absence de composants mécaniques, comme ceux des ordinateurs tels que le Macbook Pro, l’autonomie est accrue tout en utilisant moins de batterie.

Le SSHD ou support hybride est un mixe des deux. Les disques internes de ce type offrent à la fois l’énorme capacité des disques durs et la rapidité des disques SSD. L’utilisateur peut donc installer le système d’exploitation sur la partie SSD de l’appareil et sauvegarder ses données sur la partie mécanique. Avec des prix à peine supérieurs à ceux des disques durs et inférieurs à ceux des disques SSD, le SSHD occupe une position intermédiaire entre les deux et ne nécessite aucun logiciel supplémentaire pour fonctionner correctement.

Deux tailles de disques durs coexistent parmi les nombreux modèles : le format 2,5 pouces et le format 3,5 pouces. Les MacBook, iMac et Mac Mini utilisent tous le format 2,5 pouces, ce dernier étant plus adapté au monde du PC en raison de l’installation d’une tour. En outre, la variante mécanique est la seule concernée par cette différence de taille ; le SSD n’est proposé qu’en 2,5 pouces.

Quel modèle de disque dur interne ou de SSD dois-je choisir ?

Les disques durs HDD et les SSD de certains fabricants sont réputés pour leur fiabilité. Le client a l’embarras du choix entre Samsung, Crucial et PNY pour les SSD et Toshiba, Seagate et Western Digital pour les disques durs mécaniques. La marque OWC se distingue par sa sélection de SSD créés spécialement pour les modèles MacBook Air.

La vitesse de transfert, qui peut atteindre 550 Mo/s, et la capacité d’enregistrement sont les facteurs déterminants dans le choix d’un SSD. Par rapport aux disques durs, les taux d’erreur des SSD sont nettement inférieurs. En outre, une mémoire flash a une espérance de vie minimale d’environ 10 ans avec une utilisation typique dans des circonstances physiques idéales.

Un disque mécanique nécessitera des considérations techniques supplémentaires. La présence de plateaux indique une vitesse de rotation qui est indiquée en tours par minute et qui est nécessaire pour transmettre les données en lecture et en écriture. Le client a le choix entre une version à 5400 et 7200 rotations par minute pour les disques durs de 2,5 pouces, la seconde étant plus rapide que la première. La quantité de mémoire cache doit également être prise en compte ; plus la mémoire cache est grande, plus le composant est réactif. Selon une autre étude, le taux de fiabilité est un autre facteur de sélection mis à disposition chaque année, notamment pour les professionnels.

Comment puis-je mettre à jour le disque interne ou le SSD de mon Mac ?

L’installation d’un disque interne de 2,5 pouces couplé à une connexion SATA 3 sur la carte mère est nécessaire pour l’iMac, le MacBook et le Mac Mini. Il est conseillé de stocker les données sur un support externe avant de procéder à toute modification technologique. Assurez-vous d’avoir un support contenant l’application d’installation du système d’exploitation si le but de la manipulation est de remplacer le disque dur d’origine. Dans le cas où l’on se contente d’ajouter un disque comme support supplémentaire, cette dernière précaution n’est pas à prendre en compte.

Une fois cette précaution prise, on fait appel à l’assistance technique. Pour ouvrir le couvercle, l’utilisateur a besoin d’un tournevis adapté aux cruciformes. Il est donc important de se renseigner sur les nombreux points de fixation au niveau de la machine à préparer puisque chaque modèle est distinct en fonction des mises à jour techniques effectuées selon l’année de mise sur le marché. Il est impératif d’éteindre et de débrancher le système avant toute manipulation une fois cette information disponible. La baie de disque interne est proche de la mémoire RAM lorsque le couvercle est ouvert sur l’appareil. Il est plus simple de remonter l’appareil et de le connecter que l’inverse. Le processus exact varie selon le modèle, les plus modernes étant plus délicats à utiliser.

Il est souvent conseillé de remplacer le disque d’origine d’un MacBook Pro d’occasion par un SSD de Crucial ou d’un autre fabricant. L’article ne connaîtra aucun problème ; au contraire, il sera simplement amélioré par l’insertion d’un nouveau matériel en quelques tours de tournevis.

Les utilisateurs qui ont mis à niveau le modèle SSD de leur MacBook Pro ou d’un autre appareil ont également la possibilité de le recycler et de le transformer en support de sauvegarde connecté en USB, ce qui est conforme à l’objectif d’économiser de l’argent et de posséder un gadget performant.

Si un message d’erreur apparaît pendant l’installation du SSD, ce qui est extrêmement rare, il sert généralement à rappeler à l’utilisateur que le format de fichier n’est pas approprié et qu’un formatage sera nécessaire. Ne vous inquiétez pas, il n’est pas nécessaire de démonter une fois de plus votre équipement inestimable avec un tournevis. Il en va de même pour les supports de sauvegarde USB externes ; un nouveau formatage est souvent nécessaire.

Après avoir inséré votre support sur un DVD, une clé USB ou un disque dur externe, utilisez la touche Option ou Alt pour effectuer l’installation sur le nouveau disque. Le logiciel se lance après avoir sélectionné le support d’installation. Pour formater votre nouveau disque, sélectionnez l’utilitaire de disque dans le menu en haut de l’écran. Si votre système est High Sierra ou ultérieur et que le disque de destination est un SSD, vous devez choisir APFS ; les systèmes plus anciens prennent en charge HFS+.

Il ne vous reste plus qu’à installer le système d’exploitation et à restaurer vos données précédemment sauvegardées. Soit en utilisant Time Machine, le programme intégré d’un système Mac, soit en restaurant vos fichiers à l’aide d’un programme spécialisé.